-ART

L’apport du scanner dans l’examen des oeuvres d’art

l’image scientifique et technique offre la possibilité de représenter, sous un format relativement simple, une grande quantité d’informations issues d’une multitude de mesures acquises selon un protocole bien défini, permettant de créer des représentations visuelles intelligibles d’un objet.

La radiographie, la Résonance Magnétique, les coupes tomographiques sont des examens qui permettent de comprendre comment est constitué l’objet sous les couches de surface qui font obstacle. Ils sont nécessaires à la restauration, à la conservation, à l’authentification des oeuvres. Ils permettent d’observer l’intérieur des objets sans les détruire pour en tirer des conclusions qui relèvent du domaine de la preuve.

La radiographie d’un tableau permet de déceler aisément un repeint ou une signature cachée, la Résonance Magnétique Nucléaire localise entre autre les larves des insectes xylophages et les variations d’humidité dans le bois.

Le scanner permet, par une précision accrue de la mesure de densité des éléments constitutifs de l’objet examiné, de mieux les dissocier, tandis qu’ils se confondent généralement sur un cliché radiographique classique. Le scanner va pallier cet inconvénient car il permet de visualiser, de manière indépendante, chacun de ses éléments constitutifs. Son principe est de réaliser des coupes successives à travers l’objet. L’enregistrement de ces images, dans un format digital, permet de construire, dans un second temps, des coupes dans n’importe quel plan de l’espace, grâce à un programme informatique de manipulation d’images. Ce dernier permet également, en additionnant les coupes, de visualiser la globalité de l’objet tout en offrant la possibilité de modifier, à la demande, la transparence des éléments qui le composent. Ces opérations vont révéler son histoire en termes de :

– techniques de fabrication : démontrer, par exemple, pour une terre cuite si elle fut modelée en colombin, tournée ou estampée,

– dommages naturels : oxydation, érosion, fissuration, etc.,

– réparations : imprégnation, infiltration, collage d’éclats ou de fragments, etc.,

– restaurations : reconstitution juste et intelligible des parties détériorées,

– voire d’artifices de montage.

Le scanner permet d’obtenir l’état exact d’un tableau sans avoir recours à aucune intervention sur la couche picturale. Il permet de révéler la structure d’un bois ou d’une toile, les clous de fixation et les masticages, un tableau caché sous un autre, les hésitations d’un peintre, les repentirs (le repentir est une partie du tableau qui a été recouverte par le peintre, soit pour masquer un (des) personnage(s), des objets ou organes, soit pour modifier un aspect, position d’une main, par exemple). Les examens réalisés sont le témoignage irréfutable et non falsifiable de l’exacte conservation d’un tableau. Le scanner peu aussi contribuer à aider à connaître l’auteur d’une oeuvre en définissant les similarités avec les pratiques d’un artiste dans la mise en oeuvre des structures cachées . Il permet de mettre en évidence des restaurations masquées ou d’identifier l’authenticité de tous les éléments par exemple d’un meuble ou d’une sculpture, il permet de mettre en évidence les techniques sophistiquées utilisées par les faussaires.

Parce qu’un avis d’expert sans preuve est un avis sujet à caution qui peut donc être remis en question, y compris par les tribunaux, aujourd’hui, il doit nécessairement s’appuyer sur des preuves scientifiques et techniques.

L’autorité française de régulation du marché de l’art (Le conseil des ventes) incite les professionnels, avant toutes transactions, à communiquer aux acheteurs un rapport sur l’état des œuvres d’art dépassant une « certaine valeur » dans le but d’éviter les recours en annulation de ventes d’acheteurs déçus soit de la non-authenticité de l’œuvre, soit de sa restauration trop importante.
L’expertise de BCRX: les scannogrammes et les coupes tomographiques pour l’examen des structures internes non visibles

Restaurateurs d’oeuvres, conservateurs de musées, experts, historiens, conseils en objet d’art, doivent analyser des oeuvres et produire des preuves scientifiques pour étayer votre diagnostique. BCRX, en étroite collaboration avec vous, est en mesure de vous apporter sa technologie et son expertise pour l’analyse non destructive des structures internes. Nous vous permettrons de découvrir des pièces rapportées invisibles de l’extérieur, nous serons en mesure d’identifier si nécessaire les partie à enlever, ou les parties à reconstruire.

Nous vous fournissons tous les résultats des examens réalisées, les images obtenues, les conditions de réalisation…..qui constitueront les éléments du dossier scientifique qui accompagnera l’oeuvre.